Comment utiliser une échelle ordinale pour organiser les questions de votre sondage

Pas toujours facile d’obtenir des données exploitables sur les comportements... En effet, l’attitude est une variable compliquée à mesurer et très subjective. L'utilisation d'échelles ordinales peut vous aider à recueillir de précieuses données sur les opinions, perceptions, performances et sentiments des participants. L’échelle ordinale est une méthode directe et pragmatique pour aborder les questions abstraites de vos sondages.

Qu’est-ce qu’une échelle ordinale ?

Une échelle ordinale permet d’évaluer les préférences d’un participant à l’aide de réponses ordonnées, comme : « Très satisfait », « Satisfait », « Insatisfait » et « Très insatisfait ». C'est l'ordre des options de réponse qui compte lorsqu'on utilise une échelle ordinale et non la « distance » entre chaque option car celle-ci n'est ni quantifiable, ni exacte. En d'autre termes la différence entre « Très satisfait » et « Satisfait » n'est pas quantifiable, mais relative.

Comment utiliser une échelle ordinale ?

Nous sommes souvent confrontés à des échelles ordinales, sans même nous en rendre compte. Elles sont par exemple utilisées aux fins ci-dessous :

  • Déceler des nuances dans les opinions. Les personnes interrogées sont-elles « d’accord » ou « tout à fait d’accord » avec la position avancée dans la question ?
  • Dévoiler des perceptions. Les personnes interrogées estiment-elles que la déclaration est « fausse », « partiellement fausse », « partiellement vraie » ou « vraie » ?
  • Mesurer les performances relatives. Cet employé est-il « plus productif », « aussi productif » ou « moins productif » qu’un autre employé ?
  • Évaluer les sentiments. Le client est-il « très satisfait », « satisfait », « insatisfait » ou « très insatisfait » de son dernier achat ?

Comme vous pouvez le voir, l’échelle ordinale peut être appliquée dans de nombreuses situations. Passons maintenant à la pratique !

Exemples d’échelles ordinales

Toutes les échelles ordinales ne sont pas des échelles de Likert​​ comme celles mentionnées précédemment. En revanche, toutes les échelles de Likert sont des échelles ordinales. Ce type de questions de sondage très répandu offre aux personnes interrogées des réponses ordonnées variant d’un extrême à l’autre. Intéressons-nous par exemple aux questions issues de notre modèle sur la satisfaction des employés :

Votre travail est-il intéressant ?

  • Extrêmement intéressant
  • Très intéressant
  • Relativement intéressant
  • Pas très intéressant
  • Pas du tout intéressant

Votre travail est-il difficile ?

  • Extrêmement difficile
  • Très difficile
  • Assez difficile
  • Pas très difficile
  • Pas du tout difficile

Ces questions basées sur l’échelle de Likert mesurent la perception du travail par les employés à l’aide de réponses ordinales (ou ordonnées). D’autres questions de ce type évaluent les sentiments des personnes interrogées avec des réponses positives, négatives et neutres :

Êtes-vous satisfait, ni satisfait ni insatisfait, ou insatisfait de vos avantages professionnels ?

  • Très satisfait
  • Plutôt satisfait
  • Légèrement satisfait
  • Ni satisfait ni insatisfait
  • Légèrement insatisfait
  • Plutôt insatisfait
  • Très insatisfait

Notre banque de questions propose de nombreuses de questions qui utilisent des échelles ordinales, mais rien ne vous empêche de créer votre propre question.

Comment créer une échelle ordinale ?

Suivez le guide !

1. Identifiez le sujet de votre question : sur quel sentiment, quelle opinion, perception ou performance souhaitez-vous obtenir des données ? Choisissez ensuite la nature de votre échelle, unipolaire ou bipolaire ? Une échelle unipolaire mesure lʼabsence ou la présence dʼun même trait (par exemple l'intérêt, de « Pas du tout intéressé » à « Très intéressé »), alors quʼune échelle bipolaire demande aux participants dʼévaluer leur attitude entre un point neutre et ses deux extrémités (ex. : de « Tout à fait d'accord » à « Pas du tout d'accord »).

2. Pour les questions unipolaires, définissez la seule variante (ex. : le niveau de « difficulté ») de votre échelle. Pour les questions bipolaires, choisissez les deux extrémités (ex. : « satisfait » et « insatisfait »).

3. Créez un ensemble de réponses ordonnées avec votre ou vos variables. Même si la différence entre les réponses est toujours relative dans les échelles ordinales, essayez de bien répartir les options de réponse. Pour les questions bipolaires, prévoyez un nombre identique de réponses pour chaque variable opposée afin de ne pas fausser vos résultats.

Si vous pensez utiliser la même échelle ordinale pour plusieurs questions de sondage, vous pouvez les regrouper dans une même question de type matrice/échelle d’évaluation. Si vous prévoyez de personnaliser l’échelle ordinale pour chaque question, optez plutôt pour des questions à choix multiple standard.

Remarque : notez que les matrices peuvent vite devenir compliquées pour vos participants. Assurez-vous de ne pas dépassez pas cinq​ ​lignes et cinq​ ​colonnes pour votre matrice.

Comment interpréter les résultats d’une échelle ordinale ?

Pour les questions à choix multiple qui utilisent une échelle ordinale, vous pouvez analyser les réponses d’un point de vue individuel et collectif. Quelle que soit votre perspective, vous pouvez facilement comparer la popularité relative de chaque choix pour dégager des grandes tendances. Les questions de type matrice/échelle d’évaluation offrent un niveau similaire d’analyse, mais aussi des moyennes pondérées pour chaque choix.

Vous vous sentez dépassé(e) ? Ne vous inquiétez pas, nous sommes là pour vous aider ! SurveyMonkey Analyze collecte automatiquement les données de vos réponses et vous permet de convertir vos questions fermées en graphiques d'un simple clic.

Prenez le temps de rédiger des questions basées sur une échelle ordinale et obtenez des réponses qui vous aideront à vous positionner par rapport aux opinions, perceptions, performances et sentiments de vos participants.

Réveillez votre curiosité avec SurveyMonkey