Produits

La plateforme SurveyMonkey est conçue pour répondre à tous les cas d’usage. Découvrez tout ce que notre solution peut vous apporter.

Collectez vos infos avec l’aide d’un leader mondial des logiciels de sondage.

Intégrez SurveyMonkey à plus de 100 applications.

Collectez infos et paiements sur des formulaires en ligne.

Créez des sondages et obtenez des insights grâce à l’IA.

Des solutions pour tous vos besoins d’études de marché.

Modèles

Mesurez la satisfaction des clients et la fidélité à votre marque.

Transformez vos clients en ambassadeurs de votre marque.

Collectez des données pour améliorer l’expérience utilisateur.

Collectez les coordonnées de prospects, d’invités, etc.

Collectez les réponses à votre prochain événement.

Découvrez les attentes des participants pour votre prochain événement.

Renforcez l’engagement de vos employés et améliorez leurs performances.

Sondez les participants pour créer des réunions plus productives.

Améliorez les performances de vos employés grâce au feedback.

Améliorez le contenu ou la présentation de vos cours.

Découvrez ce que vos étudiants pensent de leurs enseignants.

Découvrez ce que vos clients pensent de vos idées de produits.

Ressources

Découvrez nos bonnes pratiques concernant les sondages.

Pour tout savoir sur les sondages et le feedback.

Guides et conseils sur l’utilisation de SurveyMonkey.

Les plus grandes marques boostent leur croissance avec SurveyMonkey.

Nous contacterConnexion
Nous contacterConnexion

Exemples de mauvaises questions d’enquête

Certaines enquêtes connaissent plus ou moins de succès auprès des participantes et participants, et produisent des résultats plus ou moins fiables. L’un des facteurs qui expliquent ces échecs est tout simplement la qualité des questions posées. Voyons ensemble comment éviter de poser de mauvaises questions et garantir le succès de vos enquêtes.

Une fois votre enquête envoyée à des dizaines, des centaines ou des milliers de personnes, il n’est plus possible de revenir en arrière pour modifier une question. Et si l’une de vos questions induit les personnes interrogées en erreur, ou que certaines d’entre elles ne se reconnaissent dans aucun choix de réponse, alors non seulement la qualité de vos résultats sera impactée, mais nombre de participants et participantes risquent d’abandonner au milieu du questionnaire. Il est donc primordial de préparer soigneusement vos questions en amont pour éviter ces écueils.

Une bonne question d’enquête est claire et précise. Elle examine une seule proposition à la fois. Elle n’est pas biaisée, dans le sens où elle n’influence pas les réponses des participants et participantes, ni dans sa formulation ni dans les choix de réponse.

Une bonne question d’enquête laisse la porte ouverte à toutes les possibilités de réponse. Aussi, les questions fermées de type oui/non sont généralement à proscrire. Il est bien plus intéressant d’utiliser une échelle de réponses positives et négatives, du type Échelle de Likert, en proposant des choix de réponses nuancés comme : Très satisfait(e), Plutôt satisfait(e), Neutre, Plutôt insatisfait(e), Très insatisfait(e).

Une question d'enquête mal conçue ne prend pas en compte les différents profils des participantes et participants. Certes, chaque personne est unique, et vous ne pourrez pas anticiper tous les cas de figure. Mais vous devez éviter de restreindre certaines personnes interrogées à un choix de réponses où elles ne se reconnaissent dans aucune alternative. Évidemment, une question d’enquête peut être mauvaise parce qu’elle est difficile à comprendre, ou pas suffisamment claire pour les participantes et participants.

Beaucoup de questions d'enquête qui induisent les participantes et participants en erreur sont des questions doubles. Il s’agit d’une mauvaise pratique qui consiste à rassembler deux propositions dans une seule question. Par exemple, la question « Par manque de temps, je commande des plats pour le déjeuner » suivie des propositions de réponse « Tout à fait d’accord, Partiellement d’accord, Pas du tout d’accord ». Ici, une personne qui ne se reconnaît que dans une des deux idées de la question ne sait pas comment répondre. Il est donc capital d’évaluer une seule proposition à la fois.

Enfin, évitez les questions obligatoires. Faire une erreur dans l’une de vos questions, c’est une chose, mais si les participantes et participants doivent absolument y répondre, alors le problème devient vite critique : le panel risque de répondre au hasard ou d’abandonner l’enquête, et vos résultats seront complètement faussés.

« Pourquoi avez-vous téléchargé cette appli bancaire ?* » (une seule réponse possible)

-    Pour connecter mes différents comptes bancaires

-    Pour mieux gérer mon argent

-    Pour ne plus être à découvert

-    Pour épargner

-    Pour recevoir des offres exclusives

Cette question comporte trois erreurs. Déjà, l’enquête demande une seule réponse possible, alors que le répondant ou la répondante peut très bien vouloir en sélectionner plusieurs. Ensuite, il n’y a pas de choix de réponse « Autre » : la personne derrière l’enquête n’envisage pas tous les cas de figure. Elle se prive d’informations potentiellement intéressantes, et crée de la frustration chez certaines personnes interrogées. Enfin, la question est obligatoire. Le participant ou la participante qui ne se reconnaît pas dans les réponses a donc le choix entre répondre au hasard ou abandonner le questionnaire.

« Combien de fois par semaine commandez-vous des plats par manque de temps ou parce que vous n’aimez pas cuisiner ? »

Voici un exemple de question double : en réalité, il y a deux questions rassemblées dans un seul intitulé. Les participantes et participants qui ne se reconnaissent pas dans les deux propositions ne savent pas comment répondre, ce qui fausse les résultats.

« Ces informations étaient : Très utiles, Utiles, Peu utiles, Pas du tout utiles »

Attention au manque de contexte : ici, la personne interrogée doit se reporter à la question précédente. Mais selon la disposition du questionnaire en ligne, celle-ci n’est pas toujours affichée. Sans aucun rappel du contexte, un individu légèrement distrait risque de répondre à côté.

Pour éviter de poser de mauvaises questions d’enquête, commencez par vous renseigner : apprenez à rédiger des questions d'enquête efficaces. Après avoir fait des recherches sur le sujet, vous comprendrez que le mieux est d’utiliser un logiciel d’enquête, qui peut être en ligne et gratuit, comme SurveyMonkey.

Avec SurveyMonkey, vous obtiendrez des résultats fiables et rapides grâce à :

·   Un outil simple et performant pour préparer, envoyer et analyser vos enquêtes

·   Des modèles de questionnaires préparés par des spécialistes de l’analyse de données, que vous n’aurez plus qu’à personnaliser selon vos besoins.

·   Une banque de questions validées et approuvées par les équipes SurveyMonkey

·        Des fonctionnalités avancées et des conseils de spécialistes pour vous accompagner

Vous savez désormais identifier les mauvaises questions d’enquête, ce qui vous permettra de les éviter dans vos propres enquêtes. Pensez bien à prendre en compte les différents profils de vos participantes et participants, évitez les questions doubles ou biaisées qui risquent d’influencer les réponses, et préférez les questions facultatives aux questions obligatoires. Pour réussir vos enquêtes, une bonne solution consiste à vous inspirer d’un modèle d’enquête existant, réalisé par des spécialistes, et à le personnaliser selon les besoins de votre enquête.

Rendez-vous sur SurveyMonkey pour préparer votre enquête dans les meilleures conditions et éviter de poser de mauvaises questions : vous obtiendrez ainsi des résultats fiables et exploitables.

Qu’est-ce qu’une mauvaise question d’enquête ?

Une mauvaise question d’enquête ne prend pas en compte les différents profils des participantes et participants. Elle les oriente sans leur laisser une totale liberté dans leurs réponses. D’autres mauvaises questions d’enquête sont difficiles à comprendre ou comportent deux questions en une.

Une bonne question d’enquête est claire et précise, et ne traite qu’un seul sujet. Elle prend en compte toutes les possibilités de réponse. Souvent, il s’agit d’une question fermée et neutre, pour éviter d’obtenir des résultats biaisés. Enfin, une bonne question d’enquête est facultative.

Restez simple : vos questions doivent être formulées clairement et traiter un sujet unique et précis. Donnez la possibilité à chaque participante et participant (quel que soit son avis ou sa situation) de répondre à vos questions. Enfin, n’obligez pas les personnes interrogées à répondre à chacune de vos questions. Une bonne solution pour éviter les mauvaises questions d’enquête consiste à s’inspirer d’un modèle d’enquête qui a fait ses preuves, ou d’une banque de questions préparées par des spécialistes.