ConnexionS'inscrire
Résultats du blog
Affichage de 0 résultats sur 0
Persévérez ! Votre curiosité finira par payer.
Curiosity

Comment les ados et leurs aînés utilisent-ils les réseaux sociaux ? 7 éléments de réponse

Comment les ados et leurs aînés utilisent-ils les réseaux sociaux ? 7 éléments de réponse

Nous passons en moyenne 144 minutes par jour sur les réseaux sociaux, soit plus de temps qu’à table (!).

Comment naviguons-nous dans ce « meilleur des mondes » numérique ? Quels sont les réseaux les plus populaires ? Quelles différences d'une génération à l'autre ?

C'est exactement ce que nous avons demandé à plus de 2 000 adultes avec SurveyMonkey Audience. Pour mettre l'accent sur les différences entre générations, nous avons également envoyé un autre sondage aux ados (ceux-ci n'étant pas éligibles au panel Audience). 

Vous pensez tout savoir des préférences des consommateurs ?
Ne laissez rien au hasard et lancez votre étude de marché en quelques minutes avec SurveyMonkey Audience.
En savoir plus

Quelques-uns des enseignements principaux

1. Finalement les réseaux sociaux, ce n’est pas si mal. Malgré leur mauvaise réputation, les réseaux sociaux bénéficient d'une certaine bienveillance de la part des participants à notre sondage. 52 % pensent qu'ils ont une influence positive, voire très positive sur la société, et seulement 38 % ont un avis négatif (10 % estiment qu'ils n'ont aucun impact). Notons que ces chiffres sont également porteurs d'un certain espoir : les gens passeraient donc moins de temps en ligne à espionner leur ex qu'à créer de vraies relations avec leurs proches et leurs amis !

2. Facebook n’est peut-être plus cool, mais reste très populaire. Facebook est le réseau social le plus polarisant : soit vous l’adorez (47 %), soit vous le détestez (22 %), mais il ne laisse presque personne indifférent. C’est à la fois la plateforme que le plus d’utilisateurs envisagent de quitter et dont le plus d'aficionados déclarent qu'ils « ne pourraient pas vivre sans. »
Malgré les réserves de beaucoup (et une certaine mauvaise réputation) la domination de Facebook ne fait pas débat. Les deux réseaux qui arrivent en tête dans tous les pays interrogés sont Facebook et Instagram (qui appartient d’ailleurs à... Facebook !).

3. La plupart des ados continuent à communiquer avec leurs parents. L’ado, les yeux rivés sur son portable, qu’il faut supplier d’arrêter pour décrocher un mot est un cliché tenace. Si la Génération Z a grandi avec les réseaux sociaux, cela ne les éloigne pas pour autant de leurs parents. Ils sont même 70 % à être amis avec leurs parents sur au moins un des réseaux sociaux.

4. Le contrôle parental varie d'un réseau à l'autre. 79 % des ados qui sont sur Facebook sont amis avec leurs parents. Ce pourcentage passe à 46 % sur Instagram et plonge même à 27 % et 18 % sur Snapchat et Twitter respectivement.

5. Pour les ados, l’image avant tout. Plus des 3/4 d’entre eux sont sur Instagram et Snapchat (77 % chacun), mais moins de la moitié utilise Facebook (49 %) et Twitter (42 %). D'autre part, les ados regardent plus de vidéos que leurs aînés.

6. Toc toc, Facebook, fais-tu le poids sur le terrain des vidéos courtes ? Le réseau social chinois TikTok a explosé l’année dernière, surtout auprès des ados avec une utilisation qui a doublé sur le seul été 2019. Notre étude montre que presque la moitié des ados (45 %) ont utilisé TikTok l’année dernière, soit 6 points de plus que ceux ayant utilisé Facebook pendant la même période.

7. Les milléniaux ont tendance à laisser tomber (les réseaux sociaux seulement). 69 % d’entre eux ont quitté un réseau social (contre seulement 28 % pour les plus de 60 ans). Certes, les milléniaux ont sans doute quitté un réseau social pour un autre, mais l’écart reste révélateur. Les réseaux sociaux que les milléniaux seraient le plus susceptibles d’abandonner sont Snapchat (30 %) et Twitter (26 %). Parmi les baby-boomers, Twitter est le plus souvent cité (15 %).

Bons ou néfastes, les réseaux sociaux font aujourd'hui partie de notre vie et constituent un mode de communication à part entière. Et les différences entre générations nous donnent des éléments de réponse sur la façon dont ces groupes préfèrent communiquer et s’informer.
(Ou peut-être y allons-nous tous simplement pour ne pas rater le dernier mème à la mode...!)