ConnexionS'inscrire
Résultats du blog
Affichage de 0 résultats sur 0
Persévérez ! Votre curiosité finira par payer.
Témoignages clients

Comment NaNoWriMo se sert du feedback pour aider les auteurs à écrire un roman en un mois

Comment NaNoWriMo se sert du feedback pour aider les auteurs à écrire un roman en un mois

Cet article a été rédigé à partir d’un entretien avec Tim Kim, directeur des programmes chez NaNoWriMo.

NaNoWriMo est une association à but non lucratif connue pour son défi annuel, qui propose aux écrivains du monde entier d'écrire un roman complet sur le seul mois de novembre. En 2017, ce sont plus de 400 000 écrivains en herbe qui ont participé à ce concours, et les gagnants (c'est-à-dire ceux qui sont parvenus à coucher 50 000 mots d'un roman en un mois) ont même bénéficié d'une reconnaissance à l'international. L'organisation pilote également des programmes pour les jeunes écrivains et organise des rencontres dans le monde entier, en plus de soutenir d’autres événements et compétitions.

Mais, le mot « compétition » n’est sans doute pas le bon pour décrire l’expérience NaNoWriMo, encore moins le défi de novembre. L’association elle-même et les auteurs qui interagissent avec elle préfèreraient probablement le mot « communauté ». Et c’est là que les sondages ont un rôle à jouer.

Le personnel de NaNoWriMo (à peine plus d'une dizaine de personnes) a pour mission de planifier un événement d’une durée d’un mois pour des centaines de milliers de personnes, en s'assurant que le défi est inclusif, motivant et réellement bénéfique pour tous les participants. Vous vous en doutez, la pression est forte ! Les sondages permettent aux organisateurs d’intégrer les participants au processus de planification et de veiller à l'efficacité des programmes. 

Non seulement les résultats des sondages ont permis à NaNoWriMo de proposer une expérience plus utile et plus inclusive pour ses membres, mais ils ont également révélé deux ou trois choses des plus intéressantes sur la créativité humaine, la motivation et la discipline. 

La question que nous nous posons tous : comment écrire un roman en 30 jours ?

NaNoWriMo fait tout ce qui est en son pouvoir pour garder les canaux de communication ouverts et recueillir du feedback régulièrement, grâce à l'envoi systématique de sondages à tous les participants après chaque événement (avec des taux de réponse extrêmement impressionnants).

Écrire 50 000 mots en un mois répond probablement à la définition de productivité que la plupart d'entre nous nous faisons. Un peu de contexte : la plupart des gens mettent environ 3,5 heures pour écrire 1000 mots. Dans ces conditions, la production de 50 000 mots prendrait donc 175 heures, soit plus qu’un emploi à temps plein. Et on ne parle que de l'écriture en elle-même ! Vous pouvez ajouter à cela l'imagination du scénario et l'élaboration du plan !

Alors, quel est leur secret ? NaNoWriMo a décidé d’interroger ses participants à succès pour le savoir.

Premier enseignement : L’importance cruciale des premiers jours du mois. Au départ, l’équipe de NaNoWriMo pensait que pendant les premiers jours du concours, les gens seraient enthousiastes et motivés, dynamisés par l’excitation d’un nouveau projet. Elle a donc décidé d’attendre plus tard dans le mois pour envoyer des notifications et autres messages d’encouragement, lorsque les participants commenceraient à se manifester. Mais les résultats des sondages l'ont vite convaincue du contraire.

Alors oui, les participants sont sans doute enthousiastes, mais il s’avère qu’ils ont également besoin d’être sérieusement encouragés pour s'y mettre dans les 3 premiers jours du mois. Les chiffres montrent en effet que si les aspirants auteurs se retrouvent au 4e ou 5e jour sans avoir couché la moindre ligne, ils risquent de ne même pas commencer. Cela semble évident, mais terminer un livre en 30 jours semble moins insurmontable qu’en 25 jours. NaNoWriMo a donc commencé à envoyer plus de messages plus tôt, incitant ses participants à commencer dès les premiers jours de novembre, ce qui s'est traduit par une augmentation du taux d’achèvement.

Qu’est-ce qui différencie alors les gagnants, ceux qui peuvent écrire un roman en un mois ? Le sondage de NaNoWriMo a mis en évidence trois points communs : la planification, le soutien de leur communauté et LA bonne idée. L’organisation a donc décidé d’investir dans des programmes et supports dédiés à chacun de ces aspects.

  • Planification : bien préparer le terrain est essentiel, encore plus quand l'objectif est aussi ambitieux. Des fondations solides aident à structurer la phase d'écriture d'un roman. NaNoWriMo propose aux écrivains de très nombreux outils et idées pour se préparer, aussi bien avant le fatidique 1er novembre que pendant les premiers jours du mois. Ces outils incluent notamment la présentation de stratégies, des conseils pour le brainstorming et l’organisation d'un atelier complet (en anglais) avec des exercices hebdomadaires qui commencent dès septembre.
  • Soutien : de nombreux lauréats de NaNoWriMo ont reconnu que le soutien de la communauté était essentiel à leur réussite. Il peut venir de la famille ou des amis, ou même d'un groupe d’écrivains locaux qui les encouragent ou avec qui ils sympathisent. La communauté offre à la fois repères et soutien émotionnel. Et NaNoWriMo l'a également bien compris, en créant des communautés en ligne et en présentiel pour aider les écrivains à établir ce lien essentiel avec leurs pairs, favoriser le processus d’écriture et leur permettre de nouer de nouvelles amitiés significatives.
  • LA bonne idée : la dernière composante est évidemment celle sur laquelle NaNoWriMo a le moins de contrôle, mais elle n’en demeure pas moins essentielle pour un roman réussi : une bonne idée. Bien sûr, NaNoWriMo ne peut pas forcer l'inspiration chez ses participants, mais elle peut les aider avec des exercices de brainstorming et des conseils pour bien terminer leur œuvre.

Question peut-être encore plus importante : dans quelle mesure l’écriture (ou même l'ébauche) d’un roman change-t-elle l’expérience humaine ?

Malgré toutes ses recherches sur le sujet, NaNoWriMo ne sait toujours pas exactement à quoi tient la capacité à terminer un roman, et donc comment évaluer sa propre réussite en tant qu'organisation. Et le nombre brut de gagnants lors de son défi annuel n'est pas forcément le meilleur indicateur. Les sondages en revanche, et plus précisément les questions sur l’impact de l’écriture sur chaque expérience personnelle, permettent à l'organisation de se faire une meilleure idée de son impact.

La mission affichée de l’organisation est la suivante : « NaNoWriMo croit au pouvoir de transformation de la créativité. Nous fournissons la structure, la communauté et les encouragements nécessaires pour aider les gens à trouver leur voix, à atteindre des objectifs créatifs et à construire de nouveaux mondes, dans leurs écrits et en dehors ».

Le meilleur moyen de savoir si les participants atteignent ces objectifs est encore de le leur demander directement. Et le feedback reçu sur le sujet s'avère extrêmement encourageant !

Les sondages envoyés par NaNoWriMo varient en fonction de l’événement ou du programme, mais ils incluent généralement les questions suivantes : Quel a été l’impact de cette expérience sur votre confiance en tant qu’écrivain ? Quel a été l’impact sur votre confiance d'un point de vue plus général ? Vous êtes-vous senti(e) plus inspiré(e) ? Plus créatif/créative ?

Le sondage envoyé par NaNoWriMo après le grand défi de novembre a révélé un point particulièrement intéressant : les effets positifs du programme ont commencé à se faire sentir bien avant d’atteindre les 50 000 mots. Les réponses des participants qui n’avaient écrit que 10 000 mots reflétaient les mêmes résultats positifs que celles des participants qui avaient terminé leur roman. En d'autres termes, les gens n’ont pas besoin d’écrire un roman entier pour se sentir inspirés, plus confiants et connectés à leur communauté. Ils ont juste besoin de sentir qu’ils ont accompli quelque chose d’important.

Cette découverte a changé la façon dont NaNoWriMo définit ses objectifs. Ses équipes ont réalisé que si elles pouvaient juste amener les gens à ce niveau de 10 000 mots, elles accompliraient leur mission. Elles ont également compris que, pour beaucoup de participants, cet objectif pourrait également être plus réaliste et moins intimidant, éliminant ainsi un éventuel blocage dès le départ. Comme souvent, elles ont alors adapté leur stratégie de communication à leur nouvelle vision.

NaNoWriMo a parallèlement commencé à mener des études sur la créativité elle-même : note-t-on des différences entre les auteurs qui planifient minutieusement leurs scénario et plan d'écriture et ceux qui écrivent comme ça leur vient ? Qu’en est-il des auteurs qui écrivent lentement mais sûrement par rapport aux adeptes de la procrastination ? NanoWriMo compte bien continuer de faire évoluer sa méthode en fonction des résultats des différentes études menées.

NaNoWriMo échange en permanence avec ses participants sur leurs besoins et leurs goûts, de manière à instaurer un environnement plus inclusif et plus créatif.