Aujourd’hui encore trop peu d’étudiants en situation de handicap réalisent un séjour à l’étranger dans le cadre de leurs études. C’est pourquoi le secrétariat d’Etat auprès du Premier Ministre en charge des personnes handicapées a missionné la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) pour la réalisation d’un rapport sur la mobilité internationale des étudiants en situation de handicap. La CGE ambitionne de proposer également des axes relatifs à la mobilité des élèves de l'enseignement secondaire.

   Cette enquête a pour but d’analyser les problématiques auxquelles sont confrontés les élèves de l'enseignement secondaire en situation de handicap dans leur déplacement international (expropriation des parents, séjours linguistiques, échange etc) ainsi que de faire ressortir des propositions pour remédier aux difficultés liées au handicap.

   Depuis 2017, 3 associations (la CGE, la FÉDÉEH et Unirh Thransition) portent un plaidoyer en faveur d’un statut international d’étudiant en situation de handicap (SIESH). Celui-ci a été présenté à l’ONU dans le cadre d’une contribution à l’examen Périodique Universel de la France de 2018 ainsi qu’à différentes instances nationales et représentations diplomatiques de plusieurs pays.  

   Merci du temps que vous consacrerez à cette enquête, elle ne vous prendra qu’une quinzaine de minutes. Vos réponses sont précieuses et déterminantes pour la poursuite de ces ambitions mais elles resteront anonymes. La plupart des questions n'exigent pas de réponse, n’hésitez pas à passer à la suivante ou de cocher « vous ne souhaitez pas partager cette information». Les données collectées via ce questionnaire ne seront pas utilisées à des fins commerciales.

   Par personnes handicapées on entend la définition prévue à l’article 1 de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées « des personnes qui présentent des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres ». 

   Constitue un handicap, au sens de la loi du 11 février 2005 (n°2005-102), « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».
0 sur 141 ont obtenu une réponse
 

T