Le traumatisme thoracique représente une entité particulière fréquemment rencontrée au sein de la traumatologie et considérée comme un facteur de gravité important (Athanassiadi et al. 2010; Cannon et al. 2012; Dehghan et al. 2014). La présence de fractures costales engendre une altération significative de la mécanique ventilatoire exposant les patients à un risque accru de développer des complications respiratoires majeures (Dennis et al. 2017).

Récemment, la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR) a émis des recommandations sur la gestion du patient traumatisé thoracique (Bouzat et al. 2017). Les experts insistent sur l'intérêt d’une analgésie efficace en mettant en avant la place de l’anesthésie loco-régionale (ALR) par la réalisation soit d’une péridurale thoracique (APD) ou soit d’un bloc paravertébral (BPV) chez les patients traumatisés.

La réalisation d’une ALR en réanimation dans le contexte de la traumatologie est toutefois soumise à un certain nombre de limites et d’effets indésirables potentiellement graves même s’ils sont rares (Capdevila et al. 2017). Alors que son utilisation dans le traumatisme thoracique isolé semble être bien codifiée, dans le contexte du patient polytraumatisé le recours à ALR apparaît plus délicat.

L’objectif de ce questionnaire est de réaliser une enquête nationale des pratiques concernant l’ALR pour l’analgésie après traumatisme thoracique, deux ans après la parution des recommandations de la SFAR, et notamment son application chez les patients polytraumatisés.

Nous sommes conscient que le questionnaire est relativement long mais le sujet traité nous semble important et peu exploré à ce jour dans la littérature.
Merci à vous par avance de prendre un instant pour répondre aux questions.

Dr BLONDONNET Raïko
BEGARD Marc
Pôle de Médecine Périopératoire
CHU Clermont-Ferrand
Université Clermont Auvergne
 
1% of survey complete.

T