Avant de débuter et afin de bien saisir le contexte dans lequel s’inscrit la démarche, nous vous invitons à consulter la fiche synthèse que vous trouverez dans la section de l’Alliance sur le site Internet de la Table des préfets.

En juin dernier, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité Sociale (MTESS) a approché la Table des préfets de Lanaudière pour déterminer un mandataire pour la mise en œuvre de l’Alliance pour la solidarité et l’inclusion sociale. En cohérence avec les nouvelles responsabilités dévolues aux MRC en termes de développement local et régional, la Table des préfets de Lanaudière a fait le choix d’assumer le leadership du déploiement de l’Alliance régionale.

Le premier engagement de la Table est de déposer, au 31 mars 2019, un plan de travail qui détermine entre autres, les grandes orientations régionales en matière de lutte à la pauvreté et l’exclusion sociale. Le plan de travail doit également identifier la mécanique de concertation et d’octroi de fonds. Les élus ont exprimé une volonté de travailler à partir des démarches existantes, de collaborer avec les partenaires et de simplifier le processus utilisé dans le cadre du précédent plan de lutte à la pauvreté.

C’est dans ce contexte que nous consultons les organisations lanaudoises impliquées dans la lutte à la pauvreté, pour alimenter la réflexion sur divers aspects du plan de travail.  À la suite de l’approbation du plan de travail par le Ministre, une présentation de la mécanique d’octroi de fonds et les différents aspects du processus aura lieu.

Dans un deuxième temps, les milieux locaux seront invités à identifier les priorités d’intervention propre à leur territoire.

Les questions qui abordent l’identification des « thématiques prioritaires »,  ou « priorités d’intervention », font référence aux enjeux identifiés en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale par les organismes au sein d’un même territoire. Par exemple : la sécurité alimentaire; la participation sociale, l’insertion socioprofessionnelle; l’itinérance; l’accessibilité universelle; la prévention du décrochage scolaire, etc.

Veuillez noter que l’objectif aujourd'hui n’est pas d’identifier les priorités, mais bien de réfléchir à la manière d’y parvenir en prenant en considération l’ensemble des organisations et des lieux de concertation.

Dans la section suivante, vous trouverez les questions telles qu’abordées lors de la consultation régionale du 15 février dernier. Afin de soutenir le travail d’analyse des résultats, vous trouverez des choix de réponses. Au besoin, il vous est possible de suggérer toute autre réponse jugée pertinente. 
*Notez que plusieurs réponses sont possibles pour une même question.

Question Title

* 1. Au nom de quel organisation remplissez-vous ce sondage ?

Question Title

* 2. Sachant que le Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS) n’offre pas de financement récurrent et ne finance pas les activités régulières des organisations.  

Dans ce contexte, comment favoriser l’émergence de pratiques innovantes?

Question Title

* 3. Sachant que la mise en œuvre de l’Alliance pour la solidarité et l’inclusion sociale vise à développer une stratégie globale et intégrée et qu’il existe divers lieux de concertation sectoriels et intersectoriels tant au pallier local que régional.

Quels moyens pourraient être utilisés pour accroître la cohésion des actions entre le local et le régional?

Question Title

* 4. Quel(s) moyen(s) permettrait(ent) de soutenir la mise en place de projets concertés tant sur le plan régional qu’en collaboration avec les organismes locaux?

Question Title

* 5. Dans l’éventualité où une rencontre régionale serait organisée annuellement afin de regrouper des intervenants intersectoriels locaux et régionaux quel contenu répondrait davantage à vos attentes?

Question Title

* 6. Certains organismes disposent de peu de ressources humaines pour assurer une présence dans les lieux de concertation et développer des projets.

Selon vous, quelle serait la meilleure manière d’aider les organisations qui le souhaitent à participer à la démarche de concertation et au développement de projets ?

Question Title

* 7. Selon les directives du Ministre, les personnes vivant en situation de pauvreté doivent être incluses dans le processus de l’Alliance.

Selon vous, à quelle étape du processus serait-il le plus judicieux d’intégrer les personnes vivant en situation   de pauvreté?

Question Title

* 8. Selon vous, quelle serait la meilleure manière de le faire?

Question Title

* 9. De grandes orientations régionales en matière de lutte à la pauvreté doivent être identifiées pour le plan de travail qui sera déposé au Ministre par la Table des préfets.  Il est important que puissent s’y inscrire, dans un deuxième temps, les priorités locales.  Dans le cadre de l'ancien plan de lutte à la pauvreté (2010-2015), les orientations identifiées dans Lanaudière étaient :

-        L’amélioration des conditions de vie des personnes à faible revenu

-        La valorisation et le développement du capital humain

-        Le renfort des conditions de la concertation

Selon-vous, devrait-on modifier ou ajouter des éléments?

Question Title

* 10. Suivant l’approbation du plan de travail par le Ministre, l’étape subséquente sera l’identification des priorités d’intervention sur le territoire Lanaudois.  Sachant que :

·         Au niveau local, les comités locaux en développement social (CLDS) serviront de point de départ pour une mobilisation invitant les acteurs des autres lieux de concertation pour identifier les thématiques prioritaires selon les particularités de chaque territoire de MRC.

·         Une enveloppe de soutien à des initiatives régionales sera également disponible.

·         La Table des préfets de Lanaudière et la Fondation Chagnon sont négociation pour le déploiement d’une entente qui couvrirait les 6  territoires de MRC et le palier régional et interviendrait en complémentarité avec l’Alliance.

·         La Table des préfets a le souci de ne pas demander au territoire de faire deux démarches distinctes, mais bien de maximiser le travail réalisé dans le cadre de l’Alliance afin qu’il puisse également servir de base de travail pour guider les investissements de la Fondation Chagnon.

En tant que représentant d’une organisation régionale, de quelle manière croyez-vous qu’il serait préférable d’identifier les priorités régionales en matière de lutte à la pauvreté et de réussite éducative?

Question Title

* 11. Selon vous, sur combien de territoire de MRC un organisme doit-il intervenir pour être qualifié d’organisme régional?

Question Title

* 12. Selon-vous, combien de temps la région aurait-elle besoin pour identifier les priorités d’intervention en   matière de lutte à la pauvreté et de réussite éducative?

Question Title

* 13. Pour réaliser cette réflexion sur les priorités, plus spécifiquement, qu’est-ce qui pourrait être utile pour soutenir les acteurs de la région?

Question Title

* 14. Si vous avez d'autres commentaires concernant l'Alliance, vous pouvez nous en faire part ici :

0 sur 14 ont obtenu une réponse
 

T